Mon test de God of War Ascension

Aujourd’hui je vous propose mon test de God of War Ascension, en bref GOWA ou GOW4. Et oui c’est belle et bien le quatrième GOW sur console de salon, même si il s’agit du sixième jeu de la série (GOW et GOW II sur PS2, GOW III sur PS3, GOW Chain of olympus et Ghost of sparta sur PSP).

Pour rappel, ce jeu raconte l’histoire de Kratos (un guerrier de Sparte) qui veux devenir le dieu de la guerre à la place du Dieu de la guerre. Hum cela me fait penser à quelqu’un ??? Mais bien sur Iznogoud, bon en plus baraqué et beaucoup moins chevelu. Revenons donc à cette énième suite sortie trois ans après le trois où notre antihéros avait tout de même explosé la tête de tous les Dieux de l’Olympe. Ici, rien de tout cela, (heu un peu quand même) Ascension nous raconte ce qu’a fait Kratos avant le premier God of War, une préquelle en somme. Et l’on peut constater qu’il n’a pas changer de méthode de travail, toujours aussi calin le Kratos.

Comme dans cette épisode nous sommes dans une préquelle, Kratos ne possède que ses lames du chaos. Mais elles sont toujours autant efficaces contre les hordes de monstres qu’il faudra exterminer. Par ailleur, les sentiments du personnage ont une grande place dans le scénario. Encore humain, comme vous le savez il obtiendra son statut de dieu par la suite, on le sens plus fragile. Le fantôme de Sparte doit encore subir son allégeance à Arès. Bon laissons l’histoire de coté pour la partie technique.

Graphiquement le jeu tient largement la route (de Delphes) avec son ambiance sombre et brillante à la fois. Par exemple sur certain niveau, les nuances de verts et de jaunes sont utilisées à toutes les sauces avec parfois une pointe de rouge, pour notre plus grand plaisir, car les décors sont fins et soignés. Le tout accompagné par une légère musique symphonique. Dommage qu’il n’y ai pas de thème prédominant et surtout entrainant. On reste vraiment dans de la musique d’accompagnement. Du côté du doublage Fr, rassurez-vous il reste toujours aussi bon que dans les précédents épisodes de la série.

Le gameplay des God of War reste l’un des plus percutant, et est même devenu un modèle pour tout les autres Beat them all, l’excellent Darksider (le premier) en est un bonne exemple. Dans GOWA, même si le nombre d’arme est limité, voir même unique, Kratos les utilise à la perfection. Et heureusement car vous allez comprendre pourquoi je dis cela en lissant la suite.

Passons au gros point faible du jeu et oui il en a au moins un. Y aurait-il des joueurs qui se seraient plaint du niveau de difficulté des premiers épisodes, genre « ouai GOW il est vraiment trop facile, je l’ai fini en extrême hyper méga difficile sans perdre une vie… » parce que là faut pas pousser, j’ai jamais vu autant de fois le message « VOUS ETES MORT » dans un jeu (la preuve en image sur mon compte instagram). Je me demande presque si ce n’est pas le vrai titre du jeu. Je me suis fait éclaté je sais pas combien de fois par niveau. Limite si ce n’a pas été fait exprès pour quadrupler la durée de vie du jeu. Dans tout ce massacre, en tant que joueur on a de la chance que les temps de chargements soient pas trop long. Parce que le logo Omega je ne peux plus le voir.

L’invasion du QTE est vraiment partout. Et oui, le jeu est truffé de petits QTE introduits pour fluidifier l’action lors des phases en cinématique ou encore lors des mises à mort des adversaires. L’équipe de Santa Monica Studio a eu l’idée original de placé les signes à l’écran suivant leurs emplacement sur la manette de la PS3. En bref, Triangle en haut, Rond à droite, Croix en bas et Carré à gauche.

Avant de vous laisser, je voulais vous parler de l’arrivé du mode multijoueurs dans la série God of War. Ici pas de demi-dieu, juste de valeureux guerrier qui devrons donner allégeance à l’un des quatre plus important dieux de l’Olympe, j’ai nommé : Zeus, Poséidon, Arès et Hadès, avant de s’affronter dans l’arène.

En conclusion, God of War Ascension ne renouvelle pas la franchise par son solo qui reste dans la continuité de la saga. Mais à le mérite de proposer un mode multijoueurs totalement jubilatoire. Je veux dire par là, que ce mode est un pure défouloir.